Google Arts et culture : la culture est-elle morte ?

Avec Google Arts et culture, le géant de l’internet révolutionne le monde de l’art et de la culture. En effet avec la nouvelle application, plus besoin d’aller au musée ! L’application vous projette tableaux et expositions grâce à la réalité virtuelle où que vous soyez ! L’application vous propose même de trouver votre sosie dans le monde de la peinture après avoir envoyer un selfie !

Mais ce progrès est-il vraiment positif ? Selfie et art sont-ils réellement compatibles ? Ne marquerait-il pas une vulgarisation de la culture au profit d’une culture de masse ? Pour reprendre le titre de l’ouvrage d’Hannah Arendt il semblerait que ce genre d’innovation marque une crise de la culture. La société de consommation aurait-elle marqué la fin de la permanence des objets culturels ? Il semblerait que cette application marque une tension entre la dimension industrialisé des biens culturels et la pureté de l’art.  La culture serait dans le monde actuel détachée des contingences de l’utilité en permettant une vulgarisation et une massification de cette culture. Or la société de masse ne veut pas avoir accès à la culture mais au loisir. Notre société a-t’elle marqué la fin de la culture au profit des loisirs ? C’est ce que laisse entendre Arendt dans son ouvrage la crise de la culture. Culture et art ne signifient donc plus esthétique et beauté mais plaisir et loisir.

En effet avec ce genre d’innovation, la culture est vulgarisée et devient presque semblable à un jeu. Cependant cela ne signifie pas pour autant que la culture soit morte, il est en effet nécessaire de différencier production et diffusion de l’objet de l’usage qu’en font les consommateurs. La culture n’est pas encore tout à fait morte…

 

 

 

Jenna Belhadj
Jenna Belhadj

Après avoir effectué une hypokhâgne et une khâgne AL à Sainte Marie de Neuilly, Jenna est actuellement étudiante au Celsa dans la filière marques

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser une réponse

Your email address will not be published.