Retour sur les phrases les plus marquantes de Karl Lagerfeld, le Kaiser de la mode

Le plus grand nom de la mode nous a quitté aujourd’hui. Mais pas seulement. Son personnage n’est pas réductible au titre de designer, il était photographe, dessinateur, couturier, réalisateur et même éditeur. Il a su se créer une image, une marque de fabrique qui l’ont rendu célèbre : catogan, lunettes noires, mitaines, cols montants empesés. Il est devenu un logo. Il le disait d’ailleurs lui-même : “Je suis une marque ambulante, je m’appelle Logofeld”.

Il a créé le personnage de Karl celui qui n’enlève jamais ses lunettes et qui a un sens de la repartie inégalable. Aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif, c’est ce personnage, ce logo qui est associé à l’image de la mode. La mode française c’est Karl. L’occasion de revenir sur ses dix phrases les  plus inspirantes, ses “karlimes” comme il les appelait  :

  • L’élégance est une attitude, une façon de bouger. Pas un brevet déposé : ça change avec les époques, les ambitions, les idées.
  • ” Etre distingué”, c’est ennuyeux, ce n’est pas moderne comme expression, ça n’existe plus, ça fait sous-préfecture ” la dame est très distinguée”. Je n’ai pas du tout envie d’être distingué, mais je veux bien qu’on me distingue.
  • Je suis pour l’avis général d’une seule personne
  • L’influence est quelque chose dans l’air. Je suis comme une antenne télé.
  • Je porte des mitaines depuis au moins quinze ans avant tout pour éviter d’avoir des tâches sur les mains. Et aussi pour ne pas avoir à serrer des mains moites comme des éponges
  • Je ne veux pas être une réalité dans la vie des autres, je veux être comme une apparition.
  • Le luxe, c’est la liberté d’esprit, l’indépendance, bref le politiquement incorrect.
  • Je ne veux pas être le père d’une génération, le grand-père d’une génération… Je n’appartiens à aucune génération. Je suis de toutes les générations.
  • Je déteste avoir des conversations intellectuelles, seule ma propre opinion m’intéresse.
  • Il n’y aura pas d’enterrement. Plutôt mourir.

Le Kaiser de la mode laisse derrière lui une anthologie de phrases souvent provoquantes, mais surtout pleines d’esprit qui montrent qu’il n’était pas seulement maître dans l’art du coup de crayon, mais aussi maître de la rhétorique et de la parole. Karl n’était pas qu’un artiste, il était un intellectuel.

 

Jenna Belhadj
Jenna Belhadj

Après avoir effectué une hypokhâgne et une khâgne AL à Sainte Marie de Neuilly, Jenna est actuellement étudiante au Celsa dans la filière marques

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser une réponse

Your email address will not be published.